La prise en charge psychosociale des femmes afghanes et de leurs familles

Afghanistan Libre a lancé un programme de prise en charge psychosociale des femmes afghanes et de leurs familles  en avril 2011 afin de soulager les conséquences de trois décennies de guerres. Il vise à apporter une assistance psychosociale aux femmes et hommes issus de zones rurales en Afghanistan ainsi que de prévenir l’abus psychologique et physique en menant des actions de sensibilisation dans les écoles que soutient l’organisation.

La phase de préparation du projet s’est terminée avec succès et la mise en œuvre thérapeutique de celui-ci, grâce à l’accompagnement par des conseillers psychosociaux qualifiés, a débuté en octobre 2011.

A travers son implantation de longue date dans des établissements scolaires et para-scolaires, Afghanistan Libre a engagé et formé des travailleurs sociaux qui, sous l’encadrement de nos équipes de coordination, ont pu mener à bien la phase de préparation de ce programme : faire de la psycho-éducation (expliquer de quoi il s’agit, recueillir les impressions et les attentes des populations et des autorités locales) , établir la confiance (expliquer les règles de confidentialité, définir les differentes fonctions des intervenants du programme), et discuter des modalités d’accès aux personnes les plus nécessiteuses de soins en santé mentale.

Puis Afghanistan Libre a engagé trois conseiller(e)s psychosociaux afin de mettre en place la composante thérapeutique du programme. De nombreux contacts ont été pris avec les acteurs oeuvrant dans ce secteur et des partenariats et rapprochements ont été définis (Medica Afghanistan, MDM).

Il s’agit d’un programme d’envergure qui représente un véritable défi tant les besoins sont grands après de si nombreuses ‘années de guerre aux conséquences désastreuses pour les familles. Afghanistan Libre recherche toujours des financements pour perpétuer ce programme qui est actuellement soutenu par l’Agence Canadienne de Développement International (CIDA). Ce partenariat constitue une marque de confiance de la part d’un bailleurs de fonds les plus reconnu pour son investissement sincère afin de répondre aux enjeux humanitaires. Lire les termes de la coopération avec CIDA.

t

t

Les Centres d’Éducation à la Santé

Nos objectifs

Nous visons à offrir aux mères et aux élèves des écoles primaires et secondaires une éducation à la santé. En utilisant l’école comme lieu de sensibilisation aux questions de santé, de nutrition, et aux mesures d’hygiène, et comme lieu de prévention des maladies infantiles, nous contribuons à l’amélioration de leurs conditions de vie et à la réduction des taux de mortalité infantile et maternelle. Nous leur apprenons à prendre en charge leur santé.

L’organisation

Les trois centres d’éducation à la santé établis dans chacune des écoles soutenues actuellement par Afghanistan Libre continuent de fonctionner depuis 2003. Ils sont non seulement des lieux d’informations sur toutes les questions de santé, mais ce sont aussi des lieux où les femmes et les filles peuvent communiquer librement entre elles et avec leur accompagnatrice.

Afghanistan Libre prend en charge l’ensemble des frais de fonctionnement des centres, les salaires des éducatrices et les coûts du matériel utilisé. Ces centres d’éducation à la santé reçoivent une vingtaine de femmes chaque jour à Malalai ainsi qu’à Azrat Osman et une trentaine à Khoja Lakan.

Les thèmes traités

Les sujets traités durant ces sessions sont élaborés par Afghanistan Libre en lien avec des représentants du Ministère de la santé, mais aussi en fonction des demandes des femmes y participant ou des recommandations du Ministère. Ainsi, durant la pandémie de grippe A H1N1, des informations basiques ont été données. Par ailleurs, étant donné le taux de mortalité infantile toujours tragiquement élevé en Afghanistan, des recommandations sont régulièrement données aux dizaines de femmes des différentes communautés ainsi qu’aux centaines d’élèves des écoles présentes.

D’autres informations générales sont également fournies afin de sensibiliser la population féminine à l’hygiène et à la santé. Un objectif prioritaire a été défini visant à centrer nos efforts sur le planning familial et la vaccination des enfants de moins de cinq ans. Il s’agit de répondre aux besoins les plus fondamentaux et les moins couverts en Afghanistan.

Les thèmes principaux d’éducation à la santé :

Hygiène

  • préparation des repas, (lavage des mains, des légumes, utilisation saine de l’eau),
  • soins aux enfants (brossage des dents, lavage des cheveux, nettoyage des yeux infectés, réhydratation des tout-petits, que faire en cas de fièvre, diarrhée, etc.),
  • gestion des déchets ménagers, utilisation des sanitaires.

Nutrition

  • intérêt d’une alimentation adaptée à l’âge de l’enfant et variée, saine conservation des aliments.
  • conseils aux femmes enceintes : informations sur le cycle menstruel, conseil en alimentation de la femme enceinte, maternité sans risques.

Chaque centre est mené par une éducatrice à la santé, formée à cet effet par des organisations médicales partenaires de l’association.

Son rôle est :

  • d’assurer le suivi des connaissances sur la santé des enfants des femmes du village et de ceux de l’école.
  • d’organiser régulièrement des réunions éducatives et d’information avec les filles du lycée et les femmes du village. Les femmes participent activement, échangent sur leurs pratiques et abordent leurs difficultés quotidiennes. Ces rencontres sont relayées par des campagnes de communication mises en place par des ONG médicales.
  • de servir de relais avec les structures médicales de santé de la région. Des groupes de travail et des rencontres sont organisés très régulièrement afin que l’éducatrice à la santé ait un réseau de professionnels sur lequel elle puisse compter. Il s’agit surtout de créer les conditions nécessaires pour que les enfants et leurs mères soient pris en charge dès qu’un problème médical survient.

Elle dispose de :

  • une salle, avec un bureau et un espace d’accueil.
  • un lit de soin, une armoire, une balance,un pèse-bébé, une toise.
  • une trousse de santé d’urgence : thermomètre, abaisse-langue, bandages, pansements, compresses pour les blessures bénignes, antiseptique, paracétamol pour la fièvre et la douleur.
  • un registre pour chaque acte effectué et chaque médicament prescrit.