Située au nord de la plaine de Shamali (voir la carte ici), où se trouvait la ligne de front pendant les affrontements entre les Talibans et l’Alliance du Nord, la vallée du Panjshir a accueilli de nombreuses populations déplacées fuyant les zones de combats.

L’augmentation du nombre d’habitants dans cette région accessible à tous et tenue hors du contrôle Taliban, a créé une grande motivation pour l’ouverture de structures éducatives afin d’accueillir les enfants en âge d’être scolarisés. Depuis la chute des Taliban en novembre 2001, un grand nombre des personnes déplacées sont retournées vers leurs villages d’origine, et les familles les plus éduquées sont parties à Kaboul, sollicitées par la création d’emplois intéressants dans la capitale.

Aujourd’hui, nombreuses sont celles qui souhaitent revenir dans cette région, mais à la condition que leurs enfants puissent bénéficier d’une éducation scolaire, et les besoins de la région restent énormes, car les écoles existantes ne suffisent pas pour accueillir tous les élèves de la région.

Notre soutien à leur égard est d’une importance majeure. Depuis notre création, nous sommes présents dans la vallée. C’est là que nous avons financé nos premières écoles primaires et que nous avons ouvert en 2003 le lycée Malalaï. Nous avons continué notre investissement en ouvrant un centre d’éducation à la santé, et une crèche au sein de cet établissement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.